Avertissement


Le site Orchidées Isère existe toujours, mais face à la gravité de la situation politique, économique et sociale, je trouve bien dérisoires les sujets habituellement présentés ici ...
Si vous le souhaitez, suivez ce lien qui vous emmènera vers une copie de mon site Orchidées Isère, datant de l'époque où nos pays avaient encore une forme de raison :
https://orchisere.pagesperso-orange.fr/index2.htm

Avant d'entrer dans le vif du sujet, voici le lien vers une deuxième page polémique, destinée plus particulièrement aux personnes victimes de leur bonne foi : à mes amis vaccinés
Le lien vers une troisième page : à mes ennemis vaccineurs
Et le lien vers une 4e page : présidentielle 2022

Si vous lisez ce qui suit, vous penserez que les affirmations avancées demandent à être prouvées.
Le texte serait alors dix fois plus long, ou sourcé avec des renvois que personne ne lit ou qui seront disqualifiés parce que "tout le monde sait que ..."
Je préfère faire cette version écourtée et plus incisive, je ne vous convaincrai de rien si vous ne faites pas vous-même un peu de recherches.
Vous devez donc douter de beaucoup d'affirmations, aussi bien des miennes que de celles des médias , des laboratoires pharmaceutiques et du gouvernement.
La différence, c'est que moi je n'ai rien à y gagner, au contraire.
Analysez les informations "officielles", avec l'éclairage que je vous propose, vous serez surpris.

La république est morte

Decembre 2021
Au prétexte d'une épidémie de grippe, dont l'origine naturelle, accidentelle ou provoquée fait encore débat, nos dirigeants et les médias ont décidé de mettre à la poubelle la logique, la science, la démocratie, les lois, la vérité, la liberté, la justice, l'égalité et l'honneur.

Il n'est pas besoin d'être un génie, un enquêteur ou un spécialiste de quoi que ce soit pour s'en rendre compte, et vérifier les informations.
Les mensonges les plus flagrants concernent les chiffres, et les promesses des politiques assorties de conditions sur votre obéissance.
En effet, si vous obéissez (le masque, les confinements, la distanciation, les gestes barrière, les vaccins) ils ont affirmé que la pandémie allait s'arrêter rapidement.
En fait, vous avez perdu vos droits naturels, il vous reste ceux qu'on veut bien vous donner "à condition que" : vous êtes devenus des délinquants en liberté conditionnelle.

Face à l'incroyable déferlement de mensonges, d'invraisemblances et d'âneries dont nous sommes assommés, il suffit de quelques dizaines de minutes de recherches sur ce qu'il reste d'informations non censurées sur Internet pour démonter l'édifice de pseudo-réalité construit par les instances en place.

Un complot ?

Nul besoin non plus de rechercher un complot mondial, si on se réfère à la définition du complot qui évoque une série d'actions dissimulées, concertéees et malveillantes.

En effet, même si des actions concertées et malveillantes existent effectivement, elles sont là, étalées au grand jour, à la vue de tout un chacun, si toutefois celui-ci se donne la peine de lire ou écouter un récit des évènements plus sincère que celui fourni par les auteurs mêmes de ces actions.
La difficulté est ensuite d'assembler ces éléments d'information épars pour comprendre la convergence d'intérêts que révèlent ces actions.
Dans la page à mes amis vaccinés, vous trouverez pourquoi et comment la notion de "complotiste" est utilisée.

Réglons brièvement la question de l'information officielle et des médias : ils sont détenus par les milliardaires qui sont en train de gagner au Monopoly. Tout est dit.
La ligne éditoriale des médias "publics" est dictée par les politiciens dont l'élection est financée par les mêmes milliardaires.
Les instituts de sondage sont des organes de propagande, comme les agences de presse, tous soumis au pouvoir de l'argent (AFP, Reuters, etc ...)
Pas étonnant que les médias soient unanimes depuis des années, surtout dans leur façon de ne pas dire les choses, ou de les dire avec des mots au sens inversé.
La nouveauté est l'apparition de professionnels de santé sur les plateaux de télé qui utilisent les mêmes méthodes, avec les mêmes conflits d'intérêts.

Les constats

La médecine, qui est une science fragile à bien des égards, a été bafouée d'entrée de jeu, en disqualifiant les médecins, en détruisant l'hôpital public, en interdisant les médicaments bien connus, en s'abstenant de soigner, en remplaçant des savoirs solides par des décisions politiques péremptoires et des mesures coercitives sans aucun fondement.
Des études médicales de faussaires servent d'arguments à n'importe quelle dérive, alors que les autres études solides sont occultées.
Les chiffres "qui ne se discutent pas" sont biaisés et faussés à un tel point que leur vérification est à la portée d'un collégien.
Il ne s'agit pas de simple incompétence ou manque de recul, mais simplement d'une attitude de malveillance délibérée.
Ces prétendus spécialistes mentent éffrontément. Ou bien ils ont perdu la raison, peut-être, pour certains d'entre eux.

Vous vous demandez peut-être comment a t-on pu corrompre autant de médecins ?
Les pouvoirs de l'argent ont arrosé des millions de professionnels, à petites doses au début, puis de plus en plus, sans leur demander de contrepartie malsaine.
Ils ont proposé de financer des études, des congrès, des formations, en échange de menus services, de signatures, de collaborations très respectables.
Puis ils ont repéré les plus dociles, les plus gourmands d'honneurs et de citations, et leur ont proposé plus de congrès, plus de titres, plus de financements "pour leurs recherches"
Et quand l'armée de mercenaires est recrutée, bien prise en main, elle obéit.

La démocratie, elle aussi bien mal en point depuis l'opération "Europe" et les révisions de la constitution, ne consiste plus à élire des représentants, mais à laisser s'installer des chefs, poussés au premier plan par les puissances de l'argent, petits dictateurs qui se prennent pour des patrons de multinationales ou des spécialistes de santé publique.
Le fait que le gouvernement puisse mettre en application n'importe quelle décision saugrenue et illégale au regard de la constitution, des droits de l'homme ou même des règlements européens en est la preuve la plus visible.
L'instauration d'un état d'urgence permanent depuis plusieurs années est la deuxième preuve s'il en fallait une.
L'assemblée, le sénat, le conseil constitutionnel, le conseil d'état, les innombrables "hautes autorités" de ceci ou de cela n'accomplissent plus leur devoir d'impartialité.
La démocratie est en phase terminale.

La liberté, par une acrobatie de langage qui ne tromperait pas un enfant de dix ans, est devenue la liberté d'obéir. Les couvre-feux , laissez-passer et interdictions de sorties, qu'on pourrait comprendre dans un pays occupé par une armée étrangère, sont devenus des instruments de pouvoir à prétention médicale.

L'égalité, du moins le résidu d'égalité que la toute-puissance de l'argent avait oublié de nous ôter, est devenu une vague notion théorique quand des sous-citoyens doivent payer des tests que d'autres ne paient pas, ou sont refoulés de tout évènement ou établissement normalement ouvert au public.
Dans certains métiers, les sous-citoyens se voient mis à l'écart sans salaire, interdits d'exercer ou licenciés.
Ne parlons pas non plus d'égalité pour les chômeurs, les travailleurs pauvres et autres exclus du système qui vivotent avec l'aide des ONG et des minima sociaux.

Bref, la liste des absurdités, injustices, délits, mensonges, manipulations est tellement longue, qu'on pourrait en écrire des milliers de pages, pages dont vous trouverez tous les exemples imaginables si vous cherchez un peu.
En résumé, nous sommes dans une dérive sectaire où quelques gourous malfaisants décident du sort des citoyens sans même faire semblant de débattre du bien fondé de leurs diktats.

L'argent comme seule explication ?

Il reste à essayer de comprendre ce à quoi nous sommes confrontés aujourd'hui.

Il est évident que l'argent est l'un des leviers planétaires les plus efficaces de cette machination.
- Il semble que le cataclysme financier et bancaire qui se profile nécessite que des boucs émissaires soient trouvés afin d'exempter de responsabilité les escrocs qui l'auront provoqué, et le covid pourrait bien endosser ce rôle.
- Des transferts considérables d'argent ont déjà eu lieu à l'occasion de cette épidémie; les plus grosses entreprises ont dégagé des dividendes jamais vus, alors que le tissu des entreprises artisanales a été lessivé.
- L'argent est aux commandes de la santé, puisqu'on gère les malades comme des clients, que les profits se comptent en milliards et que la corruption est généralisée à tous les étages.
- L'argent est aux commandes de la politique, puisque le financement d'une campagne électorale (mais surtout de la publicité médiatique) est le seul paramètre qui permet d'être élu.
Il arrive cependant parfois qu'un dirigeant non invité arrive au pouvoir :
Il suffit alors de le faire tomber (Brésil, Ukraine), ou de l'assassiner (Afrique, Amérique), ou de détruire son pays par les armes (Irak, Syrie, Lybie, Yougoslavie) ou simplement par la dette (Argentine, Liban, Grèce)
- L'argent est l'instrument du chantage total qui étrangle les états par la dette publique, dette organisée et amplifiée par ces mêmes politiciens cooptés par l'argent.
Là encore, abrégeons ; une vie ne suffirait pas à décrire la liste des horreurs que nos sociétés modernes ont perpétrées pour l'argent : l'argent, les crimes et le pouvoir sont indissociables, et la soif d'argent et de pouvoir sont inextiguibles...

Mais dans la situation actuelle, même l'explication par l'appât du gain est insuffisante

Une autre explication ?

Je me suis longtemps refusé à passer à la conclusion inévitable qui se profile quant aux motivations finales de tout ceci, car il s'agit de crimes contre l'humanité.

On a connu de tout temps des guerres injustifiables dont les motivations sont le pouvoir et l'argent : citons seulement les plus récentes dont nous sommes les auteurs : Yougoslavie, Afghanistan, Lybie, Irak, Syrie, sans parler des coups d'état et autres révolutions injectées.
Bien sûr, cela inclut toutes les atrocités habituelles, mais on pouvait clairement voir le théâtre géographique des perdants, alors qu'avec la crise covid, les cartes de géographie des perdants de l'épidémie sont difficiles à interpréter;
On connait aussi les malversations des laboratoires pharmaceutiques : ils ont truqué, falsifié, empoisonné quelques milliers de personnes dans le seul but de maximiser leurs bénéfices.
On peut faire le parallèle avec les industries du tabac, de l'amiante, de la chimie, des pesticides et engrais où les méthodes, motivations et résultats sont les mêmes : des profits colossaux et des morts ou empoisonnements par millions.
Le lien entre le crime et l'argent y est clairement visible.

Mais je peine à expliquer l'obstination incroyable dans l'échec que nous observons dans cette apparente lutte contre l'épidémie.
Quelque chose semble dépasser le seul appât du gain des laboratoires pharmaceutiques et des gafam.

Ce "quelque chose" oblige nos dirigeants à mentir à chacune de leurs interventions, à prendre le risque d'empoisonner des milliards de personnes avec des produits aux caractéristiques non divulguées, à s'en prendre aux enfants, à mettre en place l'appartheid et la censure, à asphyxier une partie de l'économie, à interdire des médicaments efficaces et sans danger, en fait, à prendre le risque de se retrouver devant une chaise électrique ...

Quel est donc ce mobile, ou ce chantage inimaginable ? Ont-ils des informations non divulguées ?

Je ne développe pas l'hypothèse du chantage américain, mais elle est cruciale en matière d'économie, de politique, de terrorisme, de déplacement de peuples, de guerres militaires, spatiales, informatiques... alors pourquoi pas de guerre sanitaire ?

Voici quelques autres hypothèses pour tenter d'imaginer un mobile à cette apparente folie destructrice.

1) Face aux cataclysmes financiers et écologiques à venir, et à l'épuisement des ressources, "ils" ont décidé d'euthanasier quelques milliards d'humains avec certaines injections ARN pour pouvoir profiter du restant de ressources entre copains pendant quelques siècles.
Nombre de milliardaires influents ont clairement affirmé que la planète ne pouvait désormais supporter qu'un nombre limité d'humains ...
Remarquez aussi l'interdiction du vaccin "normal" chinois ( le produit russe est du même type OGM que Astra Z, et les dirigeants russes suivent le même chemin que les nôtres : tous copains ?)
C'est une théorie en vogue dans certains millieux. Mais si c'est vrai, il serait prématuré de dénoncer ce plan, qui est démobilisateur par son énormité dans l'horreur.

2) Les pouvoirs les plus puissants veulent encore plus de pouvoir et d'argent, et essaient de faire durer le système actuel en poussant à l'extrême sur les leviers des tyrannies sanitaires, financières, sociales, économiques, militaires et politiques.
Si c'est le cas, ils sont bien maladroits, même en se cachant derrière un virus. (Notre président a dit qu'il risquait de ne pas être réélu à cause de certaines décisions qu'il doit prendre)
Il est peu probable de réussir à maintenir un système politique en respectant les mêmes dogmes qui ont conduit à son effondrement.

3) A la suite du lancement d'une arme biologique Covid19 dont la cible a été ratée, une deuxième salve plus meurtrière est déja prête à être lancée et ils le savent.
Cela explique la méthode du "secret défense" utilisé par plusieurs gouvernements et l'obsession du vaccin.
Pour expliquer les autres incohérences, il faut ajouter l'hypothèse que le lanceur de cette attaque biologique soit une faction proche de l'Otan ("nous sommes en guerre" c'est à dire "nous avons déclenché la guerre" )
Remarquez aussi la réaction foudroyante de la Chine dès l'apparition des premières victimes.

4) L'injection ARN ou ADN transgénique provoquerait un effondrement du système immunitaire, rendant indispensable l'injection de rappels tous les 4 mois, assurant ainsi une dépendance totale des peuples, et donc leur soumission aux autorités fournissant cette drogue.

5) Les prédateurs en embuscade ont décidé de remplacer complètement les états.
C'est mon hypothèse préférée, j'en développe un peu les points suivants:

La dette

L'arme principale est la dette publique, qui atteint déjà des valeurs astronomiques, et qui va s'aggraver avec le soutien par les états de l'économie plombée par les mesures anti covid (le quoi qu'il en coûte), et le coût des vaccins et de leurs conséquences.
Voir par exemple des choses étonnantes comme la proposition de prêts du FMI à la Bielorussie, soumise à l'acceptation de la campagne de vaccination.
On pointera alors l'incapacité des états à gérer le budget et on leur en confisquera donc la gestion.

La santé

La partie "sensible" du pouvoir sur les populations concerne la santé. Le budget de la sécurité sociale est bien supérieur au budget de l'état.
La prise de contrôle de l'OMS étant déjà faite, ils ont commencé à lui tansférer les pouvoirs importants en matière de santé. (par exemple, l'ANSM n'a rien validé du tout en matière de vaccins covid, tout s'est fait à l'échelle Européenne)
La petite armée des médecins a été anihilée dès les premières semaines de la crise, les derniers résistants étant éliminés par le conseil de l'ordre ou l'interdiction d'exercer.
Les masses d'argent qui ont été investies dans le buisness de la santé dépassent l'entendement, et la dictature sanitaire est d'ores et déjà en place.
Les multinationales de la santé ont un pouvoir sans limite sur tous les rouages de la santé, ce sont elles qui décident quel médicament est intéressant à fabriquer, et quel autre sera mis aux oubliettes puisque pas assez rentable.
L'ennemi est partout, il peut destituer n'importe quel professeur dirigeant un établissement, interdire des médicaments et en rendre obligatoires d'autres.
Même si les morts se comptent par dizaines de milliers.

Le droit

Avec les différents traités internationaux déjà signés, la justice des multinationales a remplacé la justice des états.
On a confisqué aux états le pouvoir législatif, hormis quelques amuse-gueule du droit commun. Mais les prisons seront gérées par le secteur privé.
Pour ce qui est des droits des citoyens, la démonstration éclatante est faite qu'il n'en reste plus grand chose :
Les dirigeants peuvent à tout moment déclarer l'état d'urgence, instaurer des laissez-passer, interdire de sortir dans la rue, fermer des établissements, licencier sans motif, etc.
La prochaine étape est la confiscation de l'argent, chose déjà expérimentée avec les caisses de solidarité de grévistes ou d'opposants.(si si, renseignez-vous !)
Ce sera extrêmement simple avec l'argent numérique, et il suffira alors d'interdire ou confisquer l'argent liquide et les métaux précieux.

La monnaie

Plus grand chose à en dire, c'est déjà fait. Les banques créent la monnaie, les états n'en ont plus le droit.

Le commerce et l'industrie

Même constat. Les entreprises du commerce et de l'industrie ont échappé aux états, dictent leurs propres règles et les imposent.
Le secret des affaires empêche tout enquête de justice. Les multinationales ont plus d'agrent que les états.
La Chine vient d'engager un bras de fer avec ses propres entreprises... c'est donc un enjeu exemplaire, même si le PCC n'est pas un refuge pour la démocratie.
Xi Jinping s'est rendu compte de ce qui est en train de se passer.

La police et l'armée

Ces deux là ont toujours obéi, quelle que soit la légitimité du donneur d'ordre. Je ne vois pas en quoi ce serait un obstacle à ce projet.
Les rares exceptions ont été les résitants, et ceux d'aujourd'hui sont déjà dans le collimateur
La France a déjà abandonné sa souveraineté militaire en réintégrant l'Otan.

Le pouvoir de décision

L'économie est en cours d'effondrement.
"Ils" auraient aimé faire porter le chapeau à Trump, Poutine ou Xi Jinping. Mais ces trois-là ont esquivé les coups, il a donc fallu inventer le covid.
Ajoutons le coût futur des indemnisations des victimes dues aux "erreurs impardonnables" qu'on attribuera aux gouvernements dans cette crise, et dans la crise écologique qui vient, démontrant l'absurdité de leur confier la direction des pays.
Les dirigeants on fait tout leur possible pour ne plus être crédibles. On confisquera aux états le pouvoir exécutif.

Les politiciens

Les politiciens sont pour la plupart les porte-flingue du pouvoir de l'argent.
Dans leur représentation théâtrale, ils jouent un scénario incohérent et sacrifient des secteurs économiques entiers pour disqualifier la notion d'état.
Toutes leurs actions échouent et ils prétendent que c'est parce qu'elles n'ont pas pu être appliquées plus fortement (dérèglementations, rigueur, réduction des dépenses publiques, désertification des campagnes, concurrence sociale, démantèlement des services et privatisations, réformes de l'éducation, des retraites, des assedic, des hopitaux ... )
En réalité, ils massacrent toutes les institutions mises en place par les peuples pour les peuples, tout ce qui constituait une société fonctionnelle.
Les seconds couteaux sont les journalistes et éditorialistes qui disqualifient le sens des mots, les faits réels et la vérité, et agitent des chiffons rouges en guise d'information.
Le gros de la troupe est constitué par les benêts qui suivent les chiffons rouges (la sécurité, l'inclusivité, la peur du virus, le respect de l'autorité, les modes de consommation, les assistés profiteurs, l'extême-droite, l'extrême-gauche etc ...)
Le seul véritable danger, qui lui reste caché, c'est justement la clique d'extrême-centre qui monopolise la parole dans les médias, et les richesses.
Mais ce cinéma commence à devenir beaucoup trop visible, il vont changer de système pour aller beaucoup plus loin.

Conclusion

Il s'agit donc d'un remplacement des états et des institutions publiques par un gouvernement mondial aux mains des dirigeants des entreprises capitalistes, qui décideront de tout ce que les humains pourront faire ou ne pas faire.
C'est d'autant plus facile à vérifier que le travail est déjà bien avancé dans plusieurs domaines (dette, santé, droit, monnaie, destruction du secteur public)
En résumé, les élus nationaux ne seront dorénavant que des porte-parole des populations, des hommes de paille sans aucun pouvoir, ni budget.
Observez que les méthodes utilisées (mensonges cousus de fil blanc, répétition incessante d'invraisemblances pour entretenir la tension, ...) sont les mêmes qu'en géopolitigue, dans le but de discréditer puis tenter de détruire certains états qui sont encore en fonctionnement.
C'est à mon avis l'hypothèse la plus solide qui explique la plupart des apparentes contradictions dans le comportement actuel de nos dirigeants.
Car ceux-ci ont déjà leur place réservée dans le futur cénacle.

Mise à jour
A la lumière des évènements d'Avril 2022, un cheminement de pensée s'ouvre :
Le premier moyen utilisé pour cette prise de pouvoir passe comme on l'a vu par l'argent :
Rachat des médias, censure menée par les GAFAM, corruption et lobbyisme, spéculation, escroqueries financières de taille planétaire.
le deuxième moyen est le noyautage des institutions nationales, continentales et internationales.
Les exemples de conflits d'intérêts à l'OMS, l'ONU, l'OMC, dans les institutions européennes et etatsuniennes pullulent.
Les conflits d'intérêts et pantouflages dans de nombreux pays dont le nôtre, sauf peut être les pays scandinaves, mais ceux-là obéiront à l'Europe.
Le troisième moyen vient d'être mis en évidence : les cabinets de conseil aux gouvernements.
Ces cabinets sont le bras armé de la force de frappe du libéralisme idéologique anglo-saxon.
Le quatrième moyen est constitué par les ONG et think-tanks financés par un tsunami de dollars.
Voilà où nous en sommes : la crise sanitaire a été le révélateur de ces méthodes. Il n'y a rien de médical là dedans.

Et pour les pays qui résisteraient encore à ces forces (Irak, Yougoslavie, Lybie, Syrie, Iran, Russie, Chine) il reste les guerres directes ou indirectes.

Voilà, bon week-end, et retournez vite devant la télé. N'oubliez pas le bulletin de vote consensuel, le masque et le QR code.

Ou bien, vous pouvez essayer de vous informer et résister, et surtout, ne jamais laisser les mains libres aux docteurs Diafoirus ou Mengele.


Lien vers le site Orchidées Isère
Lien vers la page 0 Avertissement
Lien vers la page 1 à mes amis vaccinés
Lien vers la page 2 à mes ennemis vaccineurs
Lien vers la page 3 Présidentielle 2022